L’Etat

L’Etat

L’État est à la fois une réalité historique et une construction théorique, ce qui explique la difficulté de le définir de manière pleinement satisfaisante. Deux définitions fort différentes lui sont le plus souvent attribuées.
La première décrit l’État comme un ensemble d’individus qui vivent sur un territoire déterminé sous l’autorité d’un pouvoir politique. Cette définition de l’Etat donne du sens à l’expression : “L’État, c’est nous.”
La seconde présente l’État comme l’autorité souveraine qui s’exerce sur une population et un territoire déterminés. Cette définition plus restrictive désigne spécifiquement un des éléments de la définition précédente, à savoir l’autorité politique. L’État ainsi décrit est extérieur à la vie sociale, à la population sur laquelle précisément il exerce son autorité.
Cette définition est à rapprocher des expressions suivantes : le chef de l’État, un homme d’État, un serviteur de l’État. Elle est incarnée par ce qu’on appelle le gouvernement et plus largement, par l’ensemble des institutions politiques qui exercent un pouvoir souverain.

Réduit à sa plus simple expression, l’État peut se définir par les pouvoirs régaliens, c’est-à-dire les pouvoirs qu’avait le régent, le monarque sous l’Ancien Régime, à savoir : la police, qui assure la sécurité publique, la justice qui tranche les différends, la défense nationale qui assure l’intégrité du territoire, l’émission de monnaie, monopole de L’État, de la Banque centrale de l’État. Tous ces pouvoirs étant à la disposition de L’État comme des instruments au service de certaines fins politiques.

Que L’État réponde à deux définitions dont l’une isole un élément de l’autre doit nous laisser perplexe. Pourquoi une définition totalisante et une autre restrictive ? Pourquoi, du point de vue des individus, une définition qui exprime une relation d’appartenance, d’immersion même et une autre, qui tout au contraire, traduit une distance et fait de l’État quelque chose d’étranger, voire d’hostile ?